Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 comme en poésie

revue trimestrielle de poésie

730 avenue Brémontier 40150 hossegor /j.lesieur@wanadoo.fr

Abonnement 1 an 4 n° 15€ étranger 18€ le n° 4€

paypal j.lesieur@orange.fr

chèque à la revue

Recherche

25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 08:14


tableau de Yvel

A Jérome Kerviel à qui je ne demande même pas de payer mon poème.

LE CROQUEUR

 

 

Il croquait la banque des pauvres


Sur un carnet en peau de croco


Parce qu’il avait les crocs dehors


Comme un fauve de dessin inanimé.


Ses yeux rouges lançaient des pleurs


Qui recouvraient doucement le monument


du temple du fric et de l'argent.

 


Il croquait la banque des pauvres


L'estomac dans des talons de chèques


Vide ne ne pas pouvoir déguster


La bonne mine de son crayon.


Depuis des années sur le trottoir


Trottinant  menu de chevalet


Qu’il ferrait d’un café chaud


Quant il claudiquait dans l'hiver

 

Il croquait la banque des pauvres


C'est tout ce qu'il avait pour bouffer.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
La révolte des Bonnets Rouges en Pays Bigouden fut comparable à (et contemporaine de) la révolte des Croquants, toutes deux contre la société en général.Le rapprochement entre le croqueur et le Pont L'Abbiste Jérôme Kerviel s'imposait donc. Bien vu!A. Nicolas, historien.
Répondre

Articles Récents

Pages